Actualités

Franceinfo
22 Oct 2019 11:36

Alcoolisation foetale : l'implication polémique des alcooliers

Alcoolisation foetale  : l'implication polémique des alcooliersL'association SAF France, qui lutte contre les troubles causes par l'alcoolisation foetale, vient d'annoncer un partenariat avec les alcooliers pour diffuser ses messages de prevention. Cet accord herisse certains medecins et associatifs, qui y voient un probleme ethique majeur.


Franceinfo
22 Oct 2019 10:40

Alimentation : comment allier santé et plaisir au quotidien

Alimentation : comment allier santé et plaisir au quotidienComment peut-on allier santé et plaisir dans son assiette ? Cela passe par le quotidien, assure Santé publique France, qui publie une étude sur la question. Vous pouvez améliorer votre assiette en ajoutant dans un premier temps des légumes secs (lentilles, fèves, haricots), ainsi que des féculents complets, comme le pain et les pâtes. 60% des français ne mangent pas de produits céréaliers complets, alors qu'il faudrait en manger plusieurs fois par semaine. 32% d'adultes en surpoids Pour une alimentation équilibrée, il y a trois pratiques : augmenter sa consommation en fruits et légumes, aller vers des produits bio ou locaux, et surtout, réduire la consommation d'alcool, de charcuterie ou de viande. En France, du côté des adultes, 32% sont en surpoids et 17 sont obèses. Des caractéristiques qui augmentent les risques de santé, notamment cardiaque, ainsi que les cancers.


Franceinfo
22 Oct 2019 10:39

Dans certains hôpitaux, il vaut mieux éviter de se faire opérer un lundi matin

Dans certains hôpitaux, il vaut mieux éviter de se faire opérer un lundi matinAu CHU de Nantes, certains blocs opératoires resteraient tout le week-end sans être aseptisés, après le dernier bionettoyage du vendredi. Une situation non conforme aux impératifs d'hygiène – et qui est dénoncée depuis deux ans. Un extrait de "Danger à l'hôpital : quand les médecins balancent", un document de "Complément d'enquête" à voir le 24 octobre 2019.


Destination Santé
22 Oct 2019 09:56

Nutrition : mangez mieux, petit à petit

Nutrition : mangez mieux, petit à petitPour une durée d’un mois, Santé publique France lance une nouvelle campagne de sensibilisation au mieux manger. Avec un angle un peu différent, dans l’espoir de convaincre davantage de Français. Certes il faut changer sa manière de s’alimenter mais cela ne demande pas tant d’efforts. Vous pouvez y aller à petits pas. Manger moins de […]


Futura
22 Oct 2019 08:01

Vaccin contre la grippe : un assemblage aussi complexe qu'un grand vin

Vaccin contre la grippe :  un assemblage aussi complexe qu'un grand vinLe vaccin contre la grippe peut sauver des vies... à condition que l'OMS en charge de sa composition, tape dans le mil ou pas trop loin. En effet, chaque année et à partir des observations sur la circulation des virus, l'OMS tente d'anticiper lesquels seront actifs l'hiver suivant. Ainsi, à son top-départ, les labos pharmaceutiques se lancent dans une course contre la montre pour préparer en quelques mois le fameux millésime salutaire et salvateur.


Paris Match
22 Oct 2019 07:00

L'intestin : clé de notre santé mentale?

L'intestin : clé de notre santé mentale?Dépression, schizophrénie, Parkinson, Alzheimer… De nombreux chercheurs examinent les origines intestinales de ces dérèglements neuronaux, souvent incurables. Les jeunes enfants atteints de troubles autistiques sont les premiers à tester des traitements encore empiriques. Et à adopter un régime sans lait et sans gluten pour constater une amélioration spectaculaire dans certains cas. Nous avons interviewé des parents et des scientifiques. Et si c’était une des pistes pour réduire les symptômes et peut-être soigner d’autres maladies cérébrales ?


Franceinfo
21 Oct 2019 21:51

Grippe : de nombreux professionnels de santé ne se vaccinent pas

Grippe : de nombreux professionnels de santé ne se vaccinent pasLundi 21 octobre à l'hôpital de Rennes (Ille-et-Vilaine), une jeune interne est venue se faire vacciner contre la grippe. "C'est pour la protection des patients surtout, parce que l'on est en contact avec des patients qui sont plus fragiles. Chaque année, cela fait partie des choses que l'on doit faire en tant que professionnels de santé ", explique-t-elle. Mais son comportement est loin d'être partagé. 1/3 du personnel soignant est vacciné Une infirmière doit faire le tour des services pour convaincre ses collègues de se faire vacciner. En France, seul un tiers des personnels de santé est vacciné contre la grippe. 68% des médecins sont vaccinés, mais seulement 36% des infirmiers et 21% des aides-soignants. La faute à certaines idées reçues présentes même au sein du personnel de santé. "Certaines personnes pensaient que l'on pouvait attraper la grippe même avec le vaccin, ce qui est tout à fait faux", précise le Professeur Pierre Tattevin, chef de service des maladies infectieuses au CHU de Rennes.


Franceinfo
21 Oct 2019 20:22

Grippe : le personnel soignant n'est pas assez vacciné

Grippe : le personnel soignant n'est pas assez vaccinéDans un Ehpad en région parisienne, les mains des résidents et du personnel soignant se touchent. Il y a donc des risques de transmission de la grippe. L'an dernier, seuls cinq soignants sur 30 se sont fait vacciner contre la grippe dans cet établissement l'an dernier. Une infirmière qui s'est vaccinée ne comprend pas ses collègues. "Peut-être que les autres pensent qu'elles n'attraperont pas la maladie parce qu'elles sont jeunes et qu'elles n'ont pas de pathologie", explique-t-elle. Le vaccin n'est pas obligatoire pour le personnel soignant Il y a des incitations pourtant. Des appels à la vaccination sont placardés dans tous les bureaux mais ils n'ont pas de caractère obligatoire. Sur l'ensemble du territoire, les personnels soignants des Ehpad ne sont que 32% à se faire vacciner. À l'hôpital, 68% des médecins, 36% des infirmiers et 21% des aides-soignants acceptent le vaccin.


Franceinfo
21 Oct 2019 18:07

Cancer : une association propose des randonnées en montagne aux femmes malades

Cancer : une association propose des randonnées en montagne aux femmes maladesSur le glacier du Géant, dans le massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie), des femmes sont en marche. Un pas après l'autre, elles luttent pour gravir la montagne. Elles se battent avant tout contre le cancer du sein, avec l'association Des sommets pour rebondir. Un combat qu'elles mènent aussi dans l'intimité du foyer. "Ce qu'on apprend avec la maladie, c'est qu'il faut se poser et se recentrer sur soi, sur les trucs importants", explique une ingénieure, qui a déclaré un cancer du sein en 2018. Reprendre une activité physique Pour surmonter leur histoire douloureuse, ces femmes s'imposent un défi : remettre leur corps en route. Après une préparation physique de huit mois, elles ont effectué leur première randonnée en montagne, à 3 400 mètres d'altitude. Entre deux épreuves sportives, les visites médicales ont lieu. Certaines femmes malades suivent un protocole de soins dans un centre de réadaptation à l'effort, après plusieurs mois de traitement assez lourd.


Destination Santé
21 Oct 2019 17:55

Grippe 2018-2019 : courte mais sévère

Grippe 2018-2019 : courte mais sévèreAlors que vient d’être lancée la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière ce 15 octobre, Santé publique France fait le bilan de l’épidémie précédente. En résumé, une surmortalité importante a été observée sur une période d’activité des virus de courte durée. Santé publique France publie ce 21 octobre un bilan de la surveillance de […]


Storyful
21 Oct 2019 17:43

Cheers to the Gym: Woman Incorporates Wine Into Exercise Session

Cheers to the Gym: Woman Incorporates Wine Into Exercise Session

Wine and exercise lover Megan Vaughan brought two of her favorite activities together at a branch of Genesis Health Clubs in Leavenworth, Kansas.

Vaughan drafted her friend and fitness coach Michele Gregor to help her to incorporate sips of wine into her exercise routine, a video posted October 14 shows.

It’s not the first time Vaughan has combined wine and exercise; she’s previously spiced up deadlifting, to burpees and even yoga with a glass of tipple. Credit: Megan Vaughan via Storyful


AFP
21 Oct 2019 17:39

Grippe: campagne "offensive" pour faire progresser le taux de vaccination

Grippe: campagne "offensive" pour faire progresser le taux de vaccinationNouvelle communication "offensive", possibilité de faire le vaccin en pharmacie... Le gouvernement a lancé officiellement lundi la campagne de vaccination contre la grippe avec un objectif: augmenter le taux de protection des populations à risque, en particulier les femmes enceintes et les "jeunes seniors".


Futura
21 Oct 2019 17:28

La résistance de cette bactérie aux antibiotiques a doublé en vingt ans

La résistance de cette bactérie aux antibiotiques a doublé en vingt ansLa résistance aux antibiotiques constitue, selon l’Organisation mondiale de la santé, l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale. Et des chercheurs présentent aujourd’hui des résultats peu rassurants en la matière. La résistance d’Helicobacter pylori a tout simplement doublé en seulement vingt ans.


RFI
21 Oct 2019 17:23

Handicap et sexualité, le tabou à briser

Handicap et sexualité, le tabou à briserÉvoquer « handicap », « amour » et « sexualité » demeure difficile en France, aussi bien de la part des personnes concernées que des autres. Pourquoi et comment y remédier ?Seul un fauteuil roulant au pied du lit rappelle la réalité. Nus, enlacés, la beauté des images prend le dessus sur tout autre signe physique. Le visiteur se demande de prime abord qui du couple est la personne handicapée.Cindy a accepté de poser dénudée pour le photographe Hormoz. Elle est paraplégique depuis sa naissance. C’est cette jeune femme de 37 ans qui a proposé à l’artiste de faire cette série de clichés sur la sexualité et le handicap, sachant qu’Hormoz avait déjà réalisé des photos sur les personnes à mobilité réduite (PMR). « Je voulais qu’on évoque la vie affective dans le milieu des handicapés, parce que le sujet est tabou, raconte-t-elle. Il faudrait que les gens s’habituent à voir des corps nus, des corps imparfaits. »Évoquer le handicap et la sexualité est un sujet sensible. Or, il y a un point commun indéniable entre les valides et les handicapés : l’envie et le besoin d’aimer et d’être aimé de quelque manière que ce soit.Considérer la personne dans sa globalitéPourtant, les clichés les plus absurdes circulent dans l'opinion. « Un handicapé n’a pas de sexualité sinon la masturbation », « il ne peut pas avoir d’enfants », « peut-il tomber amoureux ? », « sait-il seulement aimer ? », etc. L’exposition s’intitule très justement Ajutila, « libre » dans un dialecte malien - hommage à l'origine malienne de Cindy. Parce que les préjugés perdurent à tort. La faute à qui ? À l’information qui ne circule pas, à la formation insuffisante des professionnels, mais aussi à la difficulté d’exercice des droits, même si « on en parle plus qu’avant, via des formations, colloques, etc. », tempère François Crochon, sexologue clinicien et président du CeRHes, le Centre ressources handicaps et sexualités.« C’est un peu dommage qu’on ne considère pas la personne dans sa globalité, poursuit François Crochon. Si on parlait plus facilement de la sexualité en faisant de l’éducation, on aurait peut-être moins de violence, moins de dysfonctions sexuelles, moins de troubles aussi. La sexualité est un élément parmi d’autres qui est essentiel à la santé globale et c’est important de l’intégrer plutôt que de prescrire à tour de bras des antidépresseurs ou des anxiolytiques face à des maux qui sont parfois dus à des dysfonctions sexuelles. »Des difficultés d’aimer« La sexualité est importante pour tout le monde, mais n’est facile pour personne », a écrit la célèbre psychanalyste Françoise Dolto. Et plus que jamais pour les handicapés moteurs qui seraient plus de 3 millions en France selon une étude du ministère du Travail de 2015, dont 880 000 en fauteuil.Le sexe a toujours été une chose importante dans sa « vie d’avant ». Désormais, comment faire, comment avoir une érection, un orgasme, s’est interrogé Maxence, paraplégique depuis avril 2018 suite à un accident de ski. Très vite, le sujet de sa sexualité l’a inquiété, il a consulté un sexologue à titre personnel pour avoir des informations sur la procréation, parce que le centre où il est n’en possède pas.« On est encadré pour plein de choses en rééducation, mais le domaine sexuel est minimisé, voire évincé. Dans chaque centre de rééducation, il y a un kiné, un prof d’activité physique, un ergothérapeute, un psychologue, mais il n’y a pas de sexologue. Alors qu’on se pose énormément de questions à ce sujet », explique ce musicien de 35 ans. Or, tous les établissements qui reçoivent des personnes en situation de handicap sont dans l’obligation de dispenser une éducation sexuelle. « On peut parler de sexualité dans les foyers, explique de son côté Cindy, mais on ne peut qu’en parler, on ne peut que nous donner envie, mais il est quasiment impossible de passer à l’acte. »S’il est extrêmement difficile d’avoir des rapports sexuels, Maxence dit pourtant avoir vécu une histoire d’amour avec une autre paraplégique de son centre. « C’était interdit, pour des questions d’hygiène soi-disant, mais on le faisait quand même. Mais parfois, avant que ce soit de notoriété publique, je me levais discrètement dans la nuit, vers 4h, pour regagner ma chambre, se souvient-il, avant le roulement du personnel du matin. »Le droit à une vie privée, à l’intimité, à avoir une éducation sexuelle adaptée sont autant de droits qu’ont les personnes vulnérables, réaffirmés en 2002 puis en 2005 dans le cadre de la « loi handicap ». De plus, la Convention de l’ONU adoptée en 2006 réaffirme la nécessité de garantir la pleine jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales aux personnes handicapées sans discrimination. Si peu de moyens sont mis à leur disposition pour jouir de ce droit à la sexualité, des associations se mobilisent pour leur offrir ce plaisir.Polémique autour des accompagnants sexuels« Nous les personnes à mobilité réduite sommes la plus petite minorité de France », explique Maxence. Les personnes les plus vulnérables ont besoin d’aide pour avoir accès à l’amour et à la sexualité, pour se construire une identité sexuelle pour rencontrer des partenaires, pour pouvoir avoir des enfants s’ils le souhaitent.« On a le rôle du héros et du faible. On est vu comme des personnes courageuses, dit Cindy avec pertinence, et en même temps, puisqu’on ne peut pas faire certaines choses, on est pris pour des faibles par les valides. Alors que ces derniers aussi ont parfois besoin d’aide, physiquement et psychologiquement. La seule différence, c’est que chez nous ça se voit plus »Si les accompagnants sexuels sont présents dans de nombreux pays dont les Pays-Bas, la Suisse, l’Allemagne, ils sont officiellement interdits en France. La prostitution y est libre, mais les clients sont pénalisés depuis 2016. Au droit à la sexualité pour tous s'oppose un refus de la marchandisation des rapports sexuels et de la légalisation d'une forme de prostitution.L’Association pour la promotion de l’accompagnement sexuel (APPAS) est ainsi considérée comme proxénète. Un paradoxe puisqu'elle a pignon sur rue. Une hypocrisie qu'elle dénonce. « La reconnaissance de l’accompagnement sexuel entraîne la légalisation de la prostitution, analyse Marcel Nuss, membre de l’association basée dans le Bas-Rhin, mais si l’accompagnement était gratuit, cela ne poserait aucun problème. » Et d’ajouter sans ambages : « Une personne qui accompagne bénévolement c’est une femme, ou un homme ; mais une personne qui est payée pour aider, c’est une pute. »Trop de demandes pour satisfaire tout le mondeEn attendant, l’APPAS fonctionne sans problème, malgré l’absence de subventions. Depuis 2013, elle milite pour l’accompagnement à la vie affective, sensuelle et/ou sexuelle des personnes en situation de handicap. Elle forme des personnes volontaires (dont du personnel de santé, des personnes handicapées elles-mêmes, etc.), à pratiquer cet accompagnement, et cela depuis 2015.« Nous avons formé 70 personnes en quatre ans, dont une trentaine en activité, explique Marcel Nuss. Et nous avons à ce jour enregistré 2 500 demandes d’aide de la part des clients handicapés. » De 18 à plus de 80 ans, les hommes sont les principaux demandeurs, les femmes ne représentant qu’entre 7 et 10% des clients. « Un accompagnement dure au minimum une heure et demie, poursuit-il, il y a énormément de temps d’écoute, avec toujours une rencontre préalable quand une personne est nouvelle. »Altruisme ou appât du gain, les accompagnants sont, à l’unanimité des témoignages, une aide affective et sexuelle considérable pour les handicapés. « J’ai été longtemps contre ça, concède Cindy. Parce que pour moi c’était une personne formée. En fait, je me suis rendu compte que les accompagnants pouvaient nous apporter beaucoup. Il faudrait une loi, puisque ça se pratique déjà en France, c’est un secret de Polichinelle. »« L’accompagnement sexuel est une réponse parmi d’autres, qui se fait selon le libre choix », insiste le docteur Crochon. Et d'expliquer qu'accompagnement signifie aussi dans certains cas tenir le rôle d'aide lors d'un rapport sexuel dans un couple tétraplégique.Dans une société actuelle hyper sexualisée et où la liberté sexuelle est devenue possible au prix de décennies de combat, les handicapés restent marginalisés. « Le sexe est omniprésent dans notre société, analyse le sexologue clinicien, mais en parler reste tabou ».Un tabou que souhaite briser Cindy à travers l'exposition. « Nous avons eu des commentaires très beaux sur les photos, confie-t-elle, ça donne l’espoir que la sexualité chez les handicapés se banalise. Parce que le fait d’en parler est déjà un pas important. »► L'exposition Ajutila sera visible aux Journées départementales du CDCESS (Comité départemental de coordination des actions d’éducation à la santé et à la sexualité) dans l'Essonne, puis à l'hôtel de ville de Namur en Belgique en décembre


Franceinfo
21 Oct 2019 16:46

Mucoviscidose : les centres de référence en difficulté

Mucoviscidose : les centres de référence en difficultéGrace aux progres medicaux, le nombre d'adultes atteints par cette maladie genetique rare a double en 10 ans. Mais les effectifs des equipes soignantes n'ont pas suivi. L'association "Vaincre la Mucoviscidose" donne l'alerte.


Destination Santé
21 Oct 2019 16:33

Cancer du sein : un buste en silicone pour apprendre l’autopalpation

Cancer du sein : un buste en silicone pour apprendre l’autopalpationA l’occasion d’Octobre rose, focus sur un outil de dépistage qui peut dérouter de prime abord, mais qui, grâce à son réalisme et son aspect ludique, rencontre un certain succès : le buste de palpation en silicone. Les comités départementaux de la Ligue contre le cancer commencent à s’équiper.  « Quand on parle de ‘rétraction du mamelon’, […]


Paris Match
21 Oct 2019 16:02

Week-end sanglant à Philadelphie

Week-end sanglant à PhiladelphieUne enfant de deux ans a été tuée et un bébé de 11 mois a été touché par balles à Philadelphie, dans deux fusillades différentes. Ce dernier est entre la vie et la mort.


Franceinfo
21 Oct 2019 15:41

Saint-Nazaire : un taux de cancers supérieur à la moyenne qui inquiète

Saint-Nazaire : un taux de cancers supérieur à la moyenne qui inquièteUne étude montre que les cancers sont plus nombreux à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), avec une surmortalité par rapport à la moyenne nationale de 28%. Si les autorités mettent en avant l'alcool et le tabac, les habitants pointent l'activité industrielle de la région. Car avec ses chantiers navals qui construisent les plus gros paquebots du monde, mais aussi des cimenteries et autres raffineries, la ville est un des poumons économiques de l'ouest de la France avec 15 000 salariés dans l'industrie. Prévention contre le tabac et l'alcool "Quand on lit ça, on se dit 'comment ça se fait ? Pourquoi ? D'où ça vient ?' On se pose des questions. C'est inquiétant", interroge un habitant. L'Agence régionale de santé ne fait que lister les cancers les plus fréquents, ceux des poumons, de la gorge ou du nez. Sans exclure les facteurs environnementaux, elle met en place des messages de prévention contre l'alcool et le tabac.


Destination Santé
21 Oct 2019 14:43

Les ondes des smartphones, dangereuses pour la santé ?

Les ondes des smartphones, dangereuses pour la santé ?L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de rendre son rapport d’expertise concernant les dangers éventuels du téléphone portable porté près du corps, dans une veste par exemple. Elle recommande la vigilance concernant les appareils mis sur le marché avant juin 2016.  « L’Agence recommande que des mesures soient prises afin que les utilisateurs ne soient […]


AFP
21 Oct 2019 13:36

Vaccin contre la grippe: un cocktail subtil fruit d'un pari à gros enjeu

Vaccin contre la grippe: un cocktail subtil fruit d'un pari à gros enjeuUn pari qui peut sauver des vies, pour un assemblage presque aussi complexe qu'un grand vin: chaque année, la composition du vaccin contre la grippe est déterminée avec plusieurs mois d'avance par l'OMS, qui tente pour cela de prédire quels virus circuleront l'hiver suivant.


RFI
21 Oct 2019 13:09

Fièvre porcine en Corée du Sud: les prix du porc en chute libre

Fièvre porcine en Corée du Sud: les prix du porc en chute libreL’épidémie de fièvre porcine africaine continue de frapper l’industrie agroalimentaire sud-coréenne. Signe de l’inquiétude des consommateurs : les prix du porc ont chuté de près de 40% depuis le début de la crise.Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric OjardiasLes autorités ont confirmé, ce lundi 21 octobre, un onzième cas de sanglier atteint par cette maladie extrêmement contagieuse. Le virus de la fièvre porcine africaine ne se transmet pas chez l’homme, ne cessent de rappeler les autorités sud-coréennes pour rassurer les consommateurs. Mais rien n’y fait, en octobre, les prix du porc ont chuté de 38%, selon le ministère de l’Agriculture.Plus de 150 000 cochons ont déjà été abattus de façon préventive pour enrayer la maladie. Toutes les fermes infectées se trouvent à proximité de la frontière avec la Corée du Nord.La Corée du Nord refuse de coopérerLe virus a probablement été transmis par un sanglier sauvage qui a réussi à franchir cette frontière ultra-militarisée et l’armée a déployé les grands moyens pour chasser ces animaux : drones à caméras thermiques, pièges, et snipers équipés de lunettes infrarouge.En Corée du Nord, l’ampleur de l’épidémie n’est pas connue mais elle semble faire des ravages, dans un pays qui souffre déjà de malnutrition chronique. Le régime de Pyongyang refuse pourtant depuis des mois de coopérer avec Séoul sur ce sujet. Une attitude qui a sans doute contribué à aggraver la crise.


Gala.fr
21 Oct 2019 12:11

Angelina Jolie à Paris : cette visite surprise qui a ému

Angelina Jolie à Paris : cette visite surprise qui a émuA l'occasion de la promotion de Maléfique : le Pouvoir du mal, Angelina Jolie s'est offert un séjour parisien. Un moment particulièrement marquant pour la comédienne, puisqu'elle a tenu à effectuer une visite chère à son coeur et qui fait écho à son histoire personnelle.


Nos clients

La Roche-PosayBristol-Myers SquibbAstra ZenecaTakedaAspenEucerinMundi PharmaNestléNovo NordiskMenarini NordicExpanscienceAbbvieBrothierBoehringer Ingelheim Otsuka
Voir tous nos clients