Actualités

Sciences et Avenir
20 Feb 2019 17:33

Le moustique peut vous entendre à 10 mètres !

Le moustique peut vous entendre à 10 mètres !Les moustiques Aedes aegypti, connus pour être des vecteurs d'agents pathogènes, auraient une ouïe bien plus développée que précédemment cru.


Sciences et Avenir
20 Feb 2019 17:07

Hépatite C: les antiviraux sont efficaces

Hépatite C: les antiviraux sont efficacesLa première étude de grande ampleur menée sur l'usage des antiviraux à action directe dans le traitement de l'hépatite C démontre leur efficacité. Ces médicaments réduisent la mortalité et les complications, et permettront peut-être d'atteindre les objectifs de l'OMS d'éradication de la maladie.


Franceinfo
20 Feb 2019 17:06

Santé : les aliments miracles existent-ils ?

Santé : les aliments miracles existent-ils ?Existe-t-il des aliments miracles ? Face au franc succès du curcuma, certains consommateurs croient aux vertus médicinales de cette épice. Le docteur Damien Mascret rappelle en plateau que les produits guérisseurs n'existent pas. "Si on parle d'aliments pour guérir du cancer, effectivement c'est excessif, il n'y a pas d'aliments qui guérissent du cancer. Maintenant, quand on parle de prévention, d'essayer d’éviter d'avoir un cancer, il y a des candidats prometteurs", indique le spécialiste. Des aliments pour prévenir Le brocoli, l'ail, l'oignon et le chou montrent tous des effets anticancérigènes sur les cellules. Le curcuma, le jus de grenade, le thé vert, le café et le chocolat pourraient être également de bons candidats pour prévenir le cancer. "Les trois conseils anticancer de base qu'il faut rappeler : éviter l'alcool, éviter le tabac et manger des fruits et légumes", conclut le docteur Damien Mascret.


Franceinfo
20 Feb 2019 15:49

Curcuma : une épice vraiment miracle ?

Curcuma : une épice vraiment miracle ?Connu en Inde depuis 3 000 ans, le curcuma est une racine orangée dont beaucoup raffolent. Depuis quelques années, cette épice connaît un franc succès pour ses vertus médicinales. Depuis huit ans, Eugénie Le Corps commence toutes ses journées par une mixture à base de curcuma. "Je suis complètement accro au curcuma", explique-t-elle. Une étude sans appel Anti-inflammatoire, énergisant, antioxydant... Sur internet, l'épice est conseillée pour de nombreuses affections, avec des prix pouvant aller jusqu'à 150 € les 100 g. Après quatre ans d'études sur l'effet de la curcumine, la molécule du curcuma, sur la maladie de Crohn, le résultat est dans appel : la racine n'a aucun effet sur cette affection du système digestif. Une seconde étude est en cours pour tester l'effet de l'épice sur des patients atteints d'un cancer et traités par chimiothérapie.


Franceinfo
20 Feb 2019 14:05

Allergies : le sud de la France en alerte rouge

Allergies : le sud de la France en alerte rougeChaque année, pour les personnes allergiques, dès que le pollen pointe le bout de son nez, les ennuis sérieux commencent. C'est la douceur hivernale, qui règne actuellement en Méditerranée, qui a signé le grand retour du pollen. C’est essentiellement le pollen de cyprès qui a été poussé par le vent et a déjà colonisé onze départements du sud-est de la France. Partout, le risque allergique y a atteint son seuil maximal. Dans l'Hérault, près de Montpellier, depuis le début du mois de février, cette pharmacie a vu ses ventes de médicaments contre les allergies augmenter de 30%. Les pollens de graminées suivent Pour traiter durablement les allergies, une consultation chez un spécialiste s'impose. Dans le cabinet d’une allergologue, depuis une quinzaine de jours, les symptômes décrits se suivent et se ressemblent. Pour une patiente, la gêne au quotidien était devenue difficile à gérer. Le pollen de cyprès est pile à l'heure sur le calendrier cette année. Il fait traditionnellement son entrée début février dans le sud de la France, et cette année encore, il ne manque pas de piquant. La saison des allergies ne fait que commencer. Après les pollens de cyprès qui séviront jusqu'en avril, les pollens de graminées prendront le relais dès le mois de mai, et avec eux leur traditionnel lot de rhumes des foins, tout aussi urticants.


France 24 Videos
20 Feb 2019 13:58

Labels bio : peut-on avoir confiance ?

Labels bio : peut-on avoir confiance ?

Du lait qui rend malade les bébés, de la viande de cheval à la place du bœuf en vente dans de grands supermarchés... Bien manger est devenu un combat. Le bio est-il alors la solution ? En partie, selon Frédéric Denhez : "Aujourd'hui, le système alimentaire est une boîte noire. Alors les consommateurs estiment que les labels bio sont la meilleure des torches. Et ils ont généralement raison !" L'ingénieur écologue vient de publier chez Albin Michel "Acheter bio ? À qui faire confiance".


Sciences et Avenir
20 Feb 2019 13:15

L'analyse génétique permet de prédire l'évolution d'un cancer

L'analyse génétique permet de prédire l'évolution d'un cancerDans les premiers stades de développement, les cancers se ressemblent beaucoup sous le microscope. Difficile de prédire lesquels évolueront en tumeur agressive. C’est désormais possible grâce à l’analyse génétique.


Le HuffPost
20 Feb 2019 10:59

Éradiquer le cancer du col de l'utérus d'ici 2100? Une étude l'atteste

Éradiquer le cancer du col de l'utérus d'ici 2100? Une étude l'attesteSANTÉ - Généraliser rapidement la vaccination et le dépistage pourrait permettre de quasiment éradiquer le cancer du col de l'utérus dans les pays à très hauts revenus d'ici à 40 ans, et dans la plupart des pays d'ici à la fin du siècle, selon une étude, publiée ce mardi 19 février.


RFI
20 Feb 2019 10:56

Périostite tibiale du sportif

Périostite tibiale du sportifChaque mercredi, le Dr Jean Marc Sène, médecin du sport et médecin de l'équipe nationale de judo, présente sa chronique sport dans Priorité Santé. Cette semaine, il explique ce qu'est la périostite tibiale du sportif. Qu'est-ce qu'une périostite tibiale ?La périostite tibiale est une inflammation du périoste de l’os du tibia. Le périoste est une lame de tissu qui entoure les os. Il est constitué de deux couches : l’une, externe, formée de collagène ; l’autre, interne, constituée d’ostéoblastes (cellules qui participent à la minéralisation des os).Elle survient surtout chez les athlètes en début de saison et chez ceux qui débutent une nouvelle activité. Le périoste se situe à la périphérie des os longs et plats.Les débutants en course à pied sont souvent touchés. C’est pourquoi on recommande de démarrer la pratique doucement, de manière à laisser le temps à l’organisme de s’adapter.Les personnes en surmenage ou surcharge d’entraînement y sont également sujettes. Là encore, passer brutalement d’une préparation pour courir un 10 km à un programme de marathon n’est pas indiqué.En sport collectif, les personnes qui passent subitement de deux entraînements par semaine à cinq ou six s’exposent au risque de périostite.Les footballeurs sont également de plus en plus touchés. Depuis l’apparition des terrains synthétiques et le développement du football en salle, les cas de périostite sont beaucoup plus nombreux.Le périoste est un tissu qui recouvre la surface de l'os, il est riche en nerfs et vaisseaux et se confond avec les insertions des muscles sur l'os. Les fibres tendineuses fixées sur le tibia sont alors irritées et enflammées. Quels sont les symptômes de la périostite tibiale ?La périostite tibiale est caractérisée par une douleur qui débute de façon insidieuse et qui est localisée au niveau de la région interne du tibia à la zone inférieure ou supérieure (généralement sur son bord interne). Elle se concentre sur plusieurs centimètres – à l’inverse de la fracture de fatigue qui est beaucoup plus localisée. Elle se déclenche très nettement lors de la pratique de la course et se soulage rapidement au repos. A terme, si elle est ignorée, elle augmente en intensité à l’effort.A la palpation, le signal douloureux est d’intensité variable et ne se diffuse pas sur les parties molles voisines (notamment le mollet). Invisible à la radio, la périostite peut en revanche se débusquer à l’occasion d’une IRM ou scintigraphie osseuse (examen lourd et coûteux peu prescrit pour ce genre de pathologies) Comment est-ce que ça se soigne ?Le traitement de la périostite tibiale sous ses formes bénignes repose d’abord sur l’application de glace, le repos et la diminution de la charge d'entraînement (entraînement sur sols souples), qui sont les principales mesures à prendre pour permettre à l'organisme de retrouver ses capacités initiales. * mettre du froid pendant vingt minutes plusieurs fois par jour, et surtout après une séance. L'application de glace peut se faire soit en mettant des glaçons dans un gant que l'on applique directement sur la zone douloureuse soit en utilisant des packs thermiques. * se faire prescrire des anti-inflammatoires * les auto-massages profonds sont la troisième solution de soulagement. Ce type de massage profond est un peu douloureux au début mais il est très efficace pour renforcer les tissus. * procéder à des étirements. Des étirements spécifiques permettent de récupérer de ce type de tendinite. Il a été remarqué par exemple que les étirements à base de rotation externe du pied, soulagent considérablement la douleur liée à cette pathologie. * On peut aussi consulter un podologue (ou posturologue), qui pourra vous aider à modifier votre course ou votre marche et à réduire le stress biomécanique – la réalisation d’une paire d’orthèses plantaires.


Sciences et Avenir
20 Feb 2019 10:13

Pourquoi le sport réduit-il le risque de cancer ?

Pourquoi le sport réduit-il le risque de cancer ?Pourquoi "bouger" contribue-t-il à réduire le risque de cancer ? Est-il pertinent de commencer une activité sportive quand on a plus 20 ans ? Quelle est la durée quotidienne recommandée ? Autant de questions abordées dans cet article est extrait du magazine Sciences et Avenir n°864 (février 2019)


Le HuffPost
20 Feb 2019 09:27

7 conseils pour ne plus avoir peur de la panne d'érection

7 conseils pour ne plus avoir peur de la panne d'érectionL'érection accompagne un homme toute sa vie et dès la vie in utero, dans le ventre de la maman, un fœtus mâle a des érections! Enfant, le jeune garçon découvrira le plaisir en se caressant innocemment (une pratique à ne pas stigmatiser, il suffit de lui expliquer en douceur qu'elle se pratique dans l'intimité). Adolescent, elle signe l'entrée dans l'âge adulte avec les premières éjaculations et le début de la vie sexuelle. ...


Franceinfo
19 Feb 2019 17:04

Alcool : 41 000 morts par an en France

Alcool : 41 000 morts par an en FranceL'alcool, ce faux ami qui accompagne nos repas, nos conversations, nos sorties, pointé encore une fois du doigt pour son effet dévastateur sur notre santé. Selon une récente étude, en France, on lui doit 41 000 décès par an. Le danger, c'est la consommation régulière, répétée plutôt, d'alcool fort. Si l'on décompose les causes de décès, chaque année, l'alcool est responsable de 16 000 cancers, 9 900 maladies cardiovasculaires, 6 800 maladies digestives et 5 400 décès liés à des accidents, des chutes ou des suicides. La France gros consommateur européen d'alcool Au-delà de deux verres par jour, le risque augmente, mais 90% des décès sont liés à une consommation de plus de cinq verres par jour. Ces trente dernières années, la consommation était plutôt en baisse en France, mais le phénomène a tendance à s'enrayer. L'Hexagone reste l'un des plus gros consommateurs d'alcool en Europe.


RFI
19 Feb 2019 17:01

Les Français et l'alcool, une relation banale mais mortifère

Les Français et l'alcool, une relation banale mais mortifèreEn France, l’alcool a tué 41 000 personnes en 2015, un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes, mais qui reste très élevé. La consommation, elle, ne faiblit pas. Tel est le constat dressé par Santé publique France dans une série d’études publiées ce mardi 19 février. En France, boire de l’alcool reste chose banale. 40% des plus de 18 ans déclarent en consommer au moins une fois par semaine. Et 1 adulte sur 5 dit avoir été ivre au moins une fois au cours des 12 derniers mois. La France continue de figurer dans le peloton de tête des pays de l’OCDE où l’on boit le plus.Et pourtant depuis un siècle la consommation a beaucoup diminué dans l’hexagone : en moyenne un adulte d’aujourd’hui boit 2,5 fois moins que son congénère des années 30. A noter qu’en 2017, 10% des Français ont ingéré près de 60% du volume total d’alcool consommé.Les comportements vis-à-vis du produit varient selon l’âge. Les 18-24 ans boivent moins souvent que les autres, mais quand ils le font c’est en plus grande quantité. Les épisodes d’alcoolisation excessive, dits «binge drinking», sont stables depuis 2013, après une décennie d’augmentation.D’autre part, il existe des variantes selon le sexe : les hommes sont 3 fois plus nombreux que les femmes à boire quotidiennement. Enfin, Santé Publique France confirme l’impact très élevé de l’alcool sur la mortalité : 41 000 décès en 2015, essentiellement par cancer, maladies cardio-vasculaires et digestives. 90% de ces décès sont liés à une consommation supérieure à 5 verres par jour, selon l’étude.


RFI
19 Feb 2019 16:59

RCA: l’hôpital de Batangafo encore marqué par l’attaque du 31 octobre 2018

RCA: l’hôpital de Batangafo encore marqué par l’attaque du 31 octobre 2018En Centrafrique, un rapport de Médecins sans frontières revient sur les derniers évènements graves qui ont eu lieu à Batangafo. Des affrontements qui ont débuté le 31 octobre 2018 ont duré près d’une semaine. A Batangafo, c’est sur le site de l'hôpital qu’ont été accueillies les victimes, et les populations fuyant les tirs. En ce mois de février, l’hôpital a désormais retrouvé le calme. Une opération chirurgicale est en cours. Des femmes attendent que leurs enfants soient auscultés.Mais le 31 octobre 2018, l’ambiance était tout autre, raconte Isidore, un personnel de MSF : « Ce jour-là, on était débordés parce que certains entraient par la porte, d’autres sautaient sur la clôture pour se réfugier dans l’hôpital. C’était le chaos, car certaines mamans avaient perdu leurs enfants. Il fallait les retrouver. Il y a certains vieux qui sont restés chez eux à la maison, donc les parents devaient retourner les chercher. Donc ce n’était pas facile pour nous de gérer cette situation. »Impossible de contenir l’ensemble des personnes à l’extérieur du bâtiment. Les déplacés s’entassent alors partout, même dans la salle d’accouchement, raconte Alphonsine, assistante sage-femme : « Il y avait beaucoup de personnes. On a commencé à entendre les tirs. Les gens étaient assis dans la cour et on ne pouvait pas marcher entre eux tellement ils étaient serrés. Des femmes ont même commencé à accoucher devant les enfants et des personnes qui étaient autour de la table d’accouchement. C’était vraiment difficile de contenir tous ces gens. »Une situation d’urgence difficile à gérer, d’autant que le personnel de santé locale était pour la plupart sans nouvelle de leur famille. Ils restent tous très marqués par ces évènements.Les manquements de la Minusca pointés du doigt« Quand cela a commencé à tirer nous avons voulu nous réfugier dans la base de la Minusca mais ils nous ont refoulé. Donc on est resté juste à côté dehors. Ce que j’ai vu ce n’est pas bien. Il y a eu des blessés et des morts parce qu’on n’a pas pu rentrer dans la base de la Minusca », racontent un jeune homme.Les populations dénoncent le temps de réaction trop long de la Minusca, mais aussi sa passivité voire ses connivences avec l’ex-seleka. Des connivences qui ne sont pas prouvées. Sur place, le maire Jean-Michel Gonda regrette vivement le manque d’efficacité de la force onusienne.« Ce n’est pas la Minusca de manière générale mais le contingent pakistanais qui n’a pas rendu service. Ce jour-là il n’y avait aucun tir je vous assure aucun tir de dissuasion. C’est comme si le calme était complice, se désole-t-il. Ce n’est pas la première fois que le site est incendié. Mais par le passé quand il y avait incendie on voyait la Minusca avec le contingent camerounais qui était aller même éteindre le feu voyez. »Il aura aussi fallu plusieurs heures à la Minusca pour venir sécuriser les alentours de l’hôpital où plus de 10 000 personnes avaient trouvé refuge.


Franceinfo
19 Feb 2019 15:33

Santé : un Français sur trois concerné par les pénuries de médicaments

Santé : un Français sur trois concerné par les pénuries de médicamentsÉpileptique depuis son plus jeune âge, Catherine Blanchet prend plus d'une dizaine de comprimés et gélules par jour. Son pharmacien la livre à domicile très régulièrement. Depuis 2017, Catherine et son pharmacien ont été confrontés aux ruptures de stock brutales du Gardénal. Ce traitement lui a permis de travailler trente-cinq ans comme assistante DRH, mais sans médicament, les crises ne préviennent pas et tout peut arriver. Les pharmaciens sont tout aussi démunis. Toutes les classes de médicaments sont parfois en rupture de stock : à 21%, les anti-infectieux, y compris les vaccins, 19% les médicaments du système nerveux comme les antiépileptiques et antiparkinsoniens et 14% les anticancéreux. L'émergence de nouveaux marchés n'arrange rien Pour la fédération des patients français, France Assos Santé, la responsabilité des fabricants et leur politique commerciale en Europe sont à incriminer. Les laboratoires protestent de leur bonne foi et s'engagent à investir pour éviter les ruptures d'approvisionnement aux conséquences les plus graves. Le secteur de la production pharmaceutique reste peu flexible, surtout face aux besoins nouveaux de pays très peuplés comme la Chine.


Franceinfo
19 Feb 2019 15:31

Alcool : la consommation des Français ne baisse pas

Alcool : la consommation des Français ne baisse pasC'est un chiffre qui ne baisse plus depuis au moins six ans. Chaque année en France, l'alcool est responsable de près de 41 000 décès. C'est plus de 7% de la mortalité totale. Les Français comptent toujours aujourd'hui parmi les plus gros buveurs au monde. On consomme en moyenne 11,7 litres d'alcool par an, et par personne, soit près de 1 000 verres chaque année. Beaucoup, pourtant, ont l'impression de rester raisonnables. Ne pas consommer au moins deux jours par semaine La consommation est excessive selon les autorités sanitaires. Elles préconisent de ne pas dépasser deux verres d'alcool par jour, que ce soit de la bière, du vin ou un alcool fort, et de ne pas consommer au moins deux jours par semaine. Pour faire baisser la mortalité, les associations réclament des mesures de prévention plus efficaces, notamment auprès des jeunes. Autre proposition : augmenter le prix minimum de l'alcool pour stopper la consommation des plus jeunes, et diminuer celle des gros buveurs.


Sciences et Avenir
19 Feb 2019 14:00

De la viande rouge une fois par jour, est-ce encore trop ?

De la viande rouge une fois par jour, est-ce encore trop ?Une alimentation saine et équilibrée est une arme contre le cancer, comme le montre la plus récente méta-étude internationale, fin 2018, sur les liens entre les aliments et la maladie. Qu'en-est-il de la viande ? Réponses dans cet article est extrait du magazine Sciences et Avenir n°864 (février 2019)


Atlantico.fr
19 Feb 2019 13:26

Le Malade imaginaire : Du grand théâtre !

Le Malade imaginaire : Du grand théâtre !Interprétation, mise en scène, Daniel Auteuil réussit une performance exceptionnelle, donnant au "Malade imaginaire" une dimension de bouffonnerie philosophique et une profondeur humaine rarement atteintes.


Sciences et Avenir
19 Feb 2019 12:15

L'alcool tue plus de 40.000 personnes par an en France

L'alcool tue plus de 40.000 personnes par an en FranceL'alcool reste la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac. 16.000 personnes décèdent notamment chaque année des suites d’un cancer en lien avec l’alcool, révèle Santé publique France.


Slate.fr
19 Feb 2019 12:14

Votre rôti du dimanche pollue votre maison comme si vous étiez à New Delhi

Votre rôti du dimanche pollue votre maison comme si vous étiez à New DelhiLe combo viande et légumes rôtis entraîne une forte pollution intérieure. Des scientifiques ont découvert que la cuisson de repas rôtis ou grillés pouvait rendre l'air domestique plus sale que celui de New Delhi, une des villes les plus polluées au monde, située en Inde. Le rôtissage de viande et de légumes, ...


RFI
19 Feb 2019 11:45

Des traces de peste porcine africaine retrouvées dans les raviolis en Chine

Des traces de peste porcine africaine retrouvées dans les raviolis en ChineDes traces du virus de la peste porcine africaine ont été retrouvées dans les raviolis en Chine. L’un des principaux fabricants de raviolis surgelés a formulé des excuses lundi 18 février. D’autres entreprises alimentaires et d’autres produits à base de viande dont les saucisses sont désormais concernés. Le cours de l’action Sanquan a de nouveau plongé ce mardi 19 février dans les bourses chinoises. C’est dans deux produits surgelés de la marque qu’ont été décelées vendredi 15 février des traces du virus de la fièvre porcine. Les prélèvements ont été effectués dans les provinces du Hunan (sud) et du Gansu (nord-ouest) sur des barquettes de raviolis au porc et aux champignons parfumés, ou encore au porc et au cèleri, mets très appréciés par les Chinois. Le groupe Sanquan s’en est excusé lundi. Les produits incriminés ont été aussitôt placés sous scellés. Des enquêtes sont effectuées pour retrouver la provenance de la viande, sachant que l’épidémie a gagné presque tout le pays.Raviolis aux champignons parfumésLes raviolis aux champignons et au cèleri ont été retirés de la vente sur la plupart des boutiques en ligne, telles que Jindong ou Tianmao. Même chose dans les centres commerciaux, comme ce supermarché de la chaîne Jinkelong au centre de Pékin. Devant les congélateurs, les clients plongent dans les bacs pour récupérer les barquettes de boules de riz gluant au sésame et aux cacahuètes, célèbre dessert de la fête des Lanternes célébrée ce mardi. Mais pour les raviolis au porc, les clients ne cachent pas leur inquiétude. « Je n’achète plus de raviolis congelés, explique ainsi ce jeune homme les bras chargés de victuailles. J’ai peur d’attraper le virus, je ne mange plus de viande de porc en ce moment, poursuit ce dernier dans un sourire gêné ». Difficile de faire confiance quand on sait que la Chine lutte contre une épidémie devenue nationale : « Je fais les raviolis à la maison, j’achète rarement des surgelés, mais ça m’inquiète, affirme encore Madame Lei. Avec la peste porcine, je ne sais plus quelle viande choisir, poursuit cette grand-mère. Comment savoir si le cochon qu’on achète n’a pas été malade ? Oui, je suis inquiète, et pourtant je fais la farce, je fais la pâte, je fais tout moi-même. »Saucisses de l’AnhuiDes consommateurs d’autant plus inquiets que d’autres produits sont concernés. Selon les médias chinois, des traces de la peste porcine ont été décelées dans les raviolis surgelés de plus de huit fabricants, dont Jinluo, Kedi, Kanglesi, mais aussi dans des saucisses vendues à Hefei, la capitale de la province de l’Anhui dans le centre du pays. Même si les autorités locales tentent parfois de dissuader les journalistes de pousser leurs investigations dans les élevages, l’information n’est pour l’instant pas censurée. La marque Sanquan a tout de suite reconnu les faits et pris ses responsabilités. Le groupe alimentaire affirme coopérer avec les enquêteurs et assure de la traçabilité des produits. De leurs côtés, les autorités multiplient les messages destinés à rassurer l’opinion. « Comme l’a rappelé le ministère de la Santé, la peste porcine contamine les cochons, mais elle ne se transmet pas à l’homme, confie ainsi au téléphone de manière anonyme un chercheur de l’institut public de recherches sur l’alimentaire de Shanghai. C’est possible d’éliminer ce virus, mais ça prend du temps. À titre personnel, je ne crois pas que ce soit une grande affaire. Malheureusement, les cochons affectés par le virus vont mourir, mais il n’y a pas de risque pour la santé humaine. »Des élevages dévastésDes propos rassurants, même si pour l’instant les autorités ne sont pas parvenues à endiguer l’épidémie. Apparue au mois d’août dernier dans un élevage de Shenyang dans la province du Liaoning, au nord du pays, l’infection dévaste le cheptel du premier pays consommateur de porc au monde. Plus d’un million de cochons ont déjà été abattus. Sur la carte montrant la propagation de l’infection, le rouge est partout. Seules les régions autonomes du Xinjiang et du Tibet, ainsi que les provinces du Guangxi, Shandong semblent épargnées par ce virus découvert la première fois au Kenya en 1921, d’où le nom de peste porcine africaine. Mais cette fois la contamination semble être arrivée du nord du pays, et pour les spécialistes chinois probablement de la Russie voisine.


Nos clients

Bristol-Myers SquibbAbbvieTakedaExpanscienceNovo NordiskEucerinBrothierOtsukaNestléMenarini La Roche-PosayAspenBoehringer Ingelheim Mundi PharmaNordicAstra Zeneca
Voir tous nos clients